28 juil.

2015

La Loi cambodgienne sur les Associations et les Organisations Non-Gouvernementales: un nouveau revers pour la démocratie et la justice internationale comme dernier recours

Le 26 Juillet 2015, le Parlement du Cambodge a adopté la Loi sur les Associations et les Organisations Non-Gouvernementales (connue sous le nom de «LANGO», Law on Association and Non-Governmental Organisations), attentatoire à l’action de la société civile et des défenseurs des droits de l’Homme en violation du droit à la liberté d’association.

Josie Cohen de Global Witness explique que ladite loi permet au Parti du Peuple Cambodgien au pouvoir d’étendre son contrôle sur toutes les associations et les ONG nationales et internationales opérant au Cambodge, quelle que soit leur taille, et de « choisir celles pouvant exister et d’incriminer les autres jugées être fauteurs de troubles ».

Cette loi fut adoptée à la suite de la présentation de la Première Communication Supplémentaire au Procureur de la Cour Pénale Internationale par Global Diligence la semaine dernière, qui recensait plus de 60 000 personnes cambodgiennes supplémentaires atteintes par l’accaparement des terres depuis janvier 2014. Toutefois, le Cambodge continue sur sa lancée répressive avec l’adoption à venir de la Loi sur les Syndicats et des Lois sur la Cybercriminalité et les Télécoms, appelant à une réponse imminente de la justice internationale.

Voir l’article sur le blog de Global Witness

Taiwan